--:--
← Play story audio ↑
--:--

Once upon a time there was a girl named Rapunzel. Rapunzel lived in a tall tower in the forest. The tower had no ladder, no stairs and definitely no elevator. There was no way to get up or down.

Why did Rapunzel live in a tower? Well, it all started with a witch...

Il était une fois, dans un royaume très lointain, un roi et une reine. Le roi était beau et bon. Mais le véritable souverain du royaume était sa femme – la reine.

Avant de devenir reine, elle avait travaillé dans la cuisine du château. Elle était très pauvre. Mais elle était aussi très belle et drôle, et très forte au Scrabble. Alors le roi tomba amoureux d’elle et l’épousa.

Le roi aimait beaucoup la reine. Mais la reine avait toujours peur que le roi rencontre une femme plus belle.

Heureusement la reine avait un miroir magique. Le miroir voyait tout et savait tout.
Chaque jour la reine se regardait dans le miroir et demandait :
« Miroir, mon beau miroir, dis-moi qui est la plus belle ? »

Et le miroir répondait :
« C’est vous, ma reine ! Vous êtes la plus belle femme du monde. »
Et la reine était heureuse.

Mais un jour tout changea. La reine se mit face au miroir et lui posa la question habituelle.
« Miroir, mon beau miroir, dis-moi qui est la plus belle ? »

Et le miroir répondit :
« Vous êtes très belle, ma Reine. Mais la plus belle femme du monde est… Blanche-Neige »
La reine fut choquée.
« Qui est Blanche-Neige ? »

« Blanche-Neige travaille dans la cuisine du château. Elle a des cheveux aussi noirs que la nuit, des lèvres aussi rouges que des roses et une peau blanche comme la neige. A huit heures ce matin, elle était un tantinet plus belle que vous. »

« ARRRGGHH ! » hurla la reine. Elle tapa des pieds. Elle se tira les cheveux.
« Je vais tout perdre... »

La reine avait peur. La peur de la reine rendit son cœur froid et dur.
La reine fit venir un chasseur en qui elle avait confiance.

« Trouve la fille, cette Blanche-Neige », ordonna-t-elle. « Emmène-la loin, très loin. Emmène-la au plus profond des bois. »
Et la reine regarda alors le chasseur au fond des yeux.
« Elle ne doit jamais revenir. »

Le chasseur trouva Blanche-Neige et l’emmena dans la forêt. Lorsqu’ils arrivèrent dans la partie la plus sombre et la plus profonde de la forêt, le chasseur s’arrêta.
« Va ! », murmura-t-il. « Cours vite et va loin, et ne reviens jamais! »

Blanche-Neige regarda le chasseur s’éloigner et disparaître.
« Eh bien, je ne peux plus rentrer à la maison », dit Blanche-Neige.
Elle regarda la forêt sombre et silencieuse autour d’elle. Il se mit à pleuvoir.
« Mais je ne peux pas non plus rester ici. Allons, courage. »

Blanche-Neige courut encore et encore. Elle traversa un ruisseau et monta sur une colline, puis descendit dans une vallée sombre. Elle courut toute la matinée.

Vers midi sa peau pâle et ses joues roses furent couvertes de boue et d’égratignures. En début d’après-midi ses longs cheveux noirs étaient remplis de brindilles et de feuilles.

A la tombée de la nuit, elle n’était plus belle. Elle était fatiguée, elle avait faim et elle tremblait de froid.

Mais alors Blanche-Neige sentit la fumée d’un feu de bois. Elle suivit l’odeur et trouva un chalet dans les bois. Une lueur chaleureuse et dorée émanait des fenêtres.

Elle frappa à la porte.
« Bonsoir ? » appela-t-elle. « Il y a quelqu’un ? »
Il n’y eut pas de réponse. Elle poussa la porte et entra à l’intérieur.

A l’intérieur du chalet il y avait sept petits lits, sept petites chaises et un feu vif. Une grande table était recouverte de vaisselle sale.

Blanche-Neige avait très faim et très soif. Elle trouva du pain et le mangea en entier. Elle trouva du lait et but toute la bouteille. Puis elle s’assit en face du feu pour se réchauffer. Et elle s'endormit.

Lorsqu’elle se réveilla, sept nains se tenaient debout autour d’elle.
Blanche-Neige se frotta les yeux.
« Qui êtes-vous ? » dit-elle.

« C’est notre maison ! » dit un des nains, avec colère, « Qui es-tu ? »
« Chut, tu vas lui faire peur ! » dit un autre.
« C’est une géante. C’est elle qui me fait peur ! » dit encore un autre nain.

« Puis-je rester avec vous ? Je ne peux pas rentrer chez moi », dit Blanche-Neige.
Les nains chuchotèrent entre eux.
« OK »
dirent-ils. « Mais seulement si tu nous aides à faire la vaisselle. On déteste faire la vaisselle. »
« C’est d’accord »,
dit Blanche-Neige.

Et ainsi, Blanche-Neige trouva un nouveau foyer auprès des sept nains. Chaque matin, elle faisait la vaisselle.
Et chaque matin, en partant au travail les nains lui disaient :

« Fais attention. N’ouvre la porte à personne. Et merci d’avoir fait la vaisselle. On déteste vraiment faire la vaisselle. »

Pendant ce temps au château, la reine se sentait mieux. Elle pensait que Blanche-Neige avait disparu pour toujours. Mais elle avait encore un peu peur.

« Viens jouer au Scrabble avec moi, mon amour ! » appela le roi en bas de l’escalier. « Tu peux jouer la première ! »

« Peut-être plus tard, mon chéri », répondit la reine. Elle était debout en face du miroir magique.
« Miroir, mon beau miroir, dis-moi qui est la plus belle ? »

Le miroir répondit : « Vous êtes très belle, ma Reine. Mais la fille, Blanche-Neige est la plus belle femme du monde. »
« Blanche-Neige est EN VIE ?? » cria la reine.

« Elle vit avec les sept nains dans la forêt », dit le miroir. « La nuit dernière elle n’était pas très belle. Mais depuis une heure de l’après-midi aujourd’hui, elle est plus belle que vous. »

« QUOI !? » cria la reine. Elle alla chercher son vieux manteau et ses bottes dans l’armoire.
« Je vais devoir la tuer moi-même ! »

Elle quitta le palais en courant et prit son carrosse le plus rapide. Elle partit en direction de la forêt.

Blanche-Neige lisait au coin du feu lorsqu’elle entendit frapper à la porte.
TOC TOC !

Elle regarda par la fenêtre. Il y avait une femme qui tenait un panier de fruits. Le visage de la femme était beau mais elle portait une vieille robe et de vieilles bottes.

« Des fruits ! Des fruits frais ! Des pommes, des bananes, des poires et des oranges ! »
« Oh, je veux bien un fruit... »
pensa Blanche-Neige.

La femme vit Blanche-Neige par la fenêtre.
« Bonjour ma chère! Veux-tu un fruit ? Aujourd’hui j’ai de délicieuses pommes. »

« J’aime les pommes... » dit Blanche-Neige. « Mais je ne suis pas censée ouvrir la porte à qui que ce soit...ces pommes pourraient être empoisonnées. »

« Oh comme c’est bête », dit la femme. Elle coupa une pomme en deux.
« Voilà. Tu peux goûter la moitié et je mangerai l’autre moitié. Comme ça tu verras qu’elle n’est PAS empoisonnée. »

Blanche-Neige ouvrit la porte.
La femme lui donna une moitié de pomme et mangea l’autre moitié.

Lorsque Blanche-Neige vit la femme manger cette pomme juteuse, elle en eut l’eau à la bouche. Elle ne put s’en empêcher. Elle mordit à pleines dents dans la pomme.

Presque immédiatement, Blanche-Neige tomba à terre. La pomme était empoisonnée mais seulement à moitié !
La reine soupira avec soulagement. Rapidement elle remonta dans son carrosse et retourna au château.

Lorsque les nains arrivèrent à la maison, ils trouvèrent Blanche-Neige allongée par terre. Ils lui crièrent dans les oreilles. Ils lui chatouillèrent les pieds. Ils lui versèrent de l’eau froide sur le visage. Mais elle ne se réveilla pas.

« Est-elle morte ? » demanda l’un des nains.
« Elle n’a pas l’air vivante... » dit un autre.

Alors les nains fabriquèrent un beau cercueil en verre pour leur chère amie. Ils le posèrent sur une table entourée de fleurs dans un beau coin de la forêt.

Blanche-Neige y resta allongée pendant plus d’un an : le printemps, l’été, l’automne et l’hiver.

Un jour, un prince se promenait dans la forêt avec son chien. Il vit l’étrange cercueil en verre. Il enleva les feuilles et vit Blanche-Neige à l’intérieur.

C’est à ce moment qu’il trébucha sur son chien et fit tomber le cercueil de la table ! Blanche-Neige roula du cercueil sur l’herbe.
« Oh zut! Oh flûte ! Oh punaise! » cria le prince.

Mais alors quelque chose de formidable se produisit :
Le morceau de pomme empoisonnée qui était coincé dans la gorge de Blanche-Neige se dégagea et elle se mit à tousser.

« Pommes... » toussa-t-elle.
« Je vous demande pardon ? » dit le prince.
« Plus...de...pommes ! » toussa Blanche-Neige.

Cette nuit-là, la reine alla devant son miroir magique et lui posa sa question.
« Miroir, mon beau miroir, dis-moi qui est la plus belle ? »

Et, à sa surprise, le miroir dit :
« Vous êtes très belle, ma Reine. Mais Blanche-Neige est à nouveau la plus belle femme du monde. »

« QUOI ?! » hurla la reine. Et de colère, elle prit une chaussure et la lança sur le miroir.
Le miroir se brisa en mille morceaux et la magie qu’il contenait fut libérée.

« NOOOOON ! » hurla la reine. Puis, tout comme Blanche-Neige, elle tomba par terre et fut plongée dans un profond sommeil .

Alors qu’elle dormait, la reine fit un rêve étrange. Dans son sommeil, elle dansait avec des chaussures de fer brûlantes. Ses pieds brûlaient encore et encore, mais elle ne pouvait pas s’arrêter de danser.

Lorsque la Reine se réveilla de ce terrible rêve, c’était le matin. Le soleil brillait et la Reine se sentait...différente. Le sort du miroir magique avait été brisé alors elle n’était plus angoissée ou jalouse. Elle se sentait libre.

Elle descendit chercher son mari. Elle voulait vraiment jouer au Scrabble.

Et qu’advint-il de Blanche-Neige ?

Les nains étaient très heureux de voir Blanche-Neige vivante. Ils invitèrent le prince à dîner. Lorsque le prince apprit qu’ils n’aimaient pas faire la vaisselle, il leur acheta un lave-vaisselle.
Ils vécurent tous heureux jusqu’à la fin des temps.


As you know, witches can be very jealous. They particularly hate when people steal (that people are stealing) herbs from their vegetable gardens.

But unfortunately Rapunzel's mother did not know that about witches. Many years ago when she was pregnant with Rapunzel, she sneaked into the yard of her neighbour the witch, and stole a little parsley.

The witch saw her steal the parsley. She gave Rapunzel's mother two choices:

Retold by Aletta with co-conspirators Bex and Miranda. Illustrated and animated by Aletta. Translated and voiced by Jérôme. Music by Luke.